Inde

L'Inde veut favoriser les investissements étrangers pour redynamiser son économie
2012-08-15 La Tribune

Le Premier ministre indien, Manmohan Singh, s'est engagé mercredi à "tout faire pour encourager l'investissement" étranger dans le but de redynamiser la croissance du pays. Les groupes étrangers sont en effet frileux pour investir en Inde.

Ne reste plus qu’à passer à l’acte. Le Premier ministre indien, Manmohan Singh, s'est engagé mercredi à "tout faire pour encourager l'investissement" étranger dans le but de redynamiser la croissance du pays. Celle-ci ralentit fortement. Entre janvier et mars, le Produit intérieur brut (PIB) a progressé de 5,3%, une performance certes enviable dans les pays développés, mais qui reste très éloignée des quelque 10% réalisés ces dernières années et souhaités par le gouvernement pour sortir des millions d’Indiens de la pauvreté. Le premier ministre table pour cette année sur une croissance du PIB supérieure à celle de 2011 (+6,5%). "Nous ne pouvons pas faire grand chose pour les conditions extérieures (...) mais nous devons faire tous les efforts nécessaires pour résoudre les problèmes dans notre pays afin de relancer notre croissance économique", a-t-il dit.

Augmentation des dépenses dans les infrastructures

Pour attirer les investisseurs étrangers, Manmohan Singh entend augmenter les dépenses dans des projets d'infrastructures, notamment les réseaux routier, ferroviaire et électrique, particulièrement déficientes. Troisième puissance économique mondiale, l'Inde est confrontée à plusieurs vents contraires qui limitent l’afflux des capitaux étrangers : une inflation élevée, de forts taux d'intérêt, un important déficit budgétaire, une roupie malmenée et des restrictions à l'investissement. S’ajoute aussi une corruption importante dans le pays. Certaines décisions du gouvernement indien prises ces derniers mois ont plutôt refroidi les ardeurs des groupes étrangers. Mi-mars, le gouvernement avait ainsi annoncé son intention de modifier une loi qui lui permettrait de taxer les profits des entreprises étrangères et les acquisitions ou participations des investisseurs étrangers de façon rétroactive à partir de …1962. Manmohan Singh a laissé entendre mercredi que son gouvernement avait pris acte de ces inquiétudes. "Pour attirer les capitaux étrangers, nous devons créer les conditions de la confiance sur le plan international dans le fait qu'il n'y a pas d'entraves à l'investissement en Inde", a-t-il dit.