Avis d'Appel d'Offres National

Inflation

La relance de la Fed n'a pas encore réveillé l'inflation
2011-11-25 Les Echos

Si la politique de rachat massif de titres de la Fed ne s'est pas encore traduite par des tensions inflationnistes, les membres du comité restent divisés sur les risques d'un 3 e round (QE3). « Si on essaie de faire davantage de relance, on pourrait rejouer le scénario des années 1970 et les gens risquent de ne pas être très contents. » La récente petite phrase d'un des plus fervents artisans du QE2 (le deuxième round de « quantitative easing »), James Bullard, président de la Réserve fédérale de Saint Louis, n'est pas passée inaperçue. Comme Jeffrey Lacker (Fed de Richmond), il estime qu'un nouveau cycle de rachat de titres (QE3) risquerait de se traduire par un réveil de l'inflation aux Etats-Unis. Jusqu'ici, la politique de monétisation de la dette de la Réserve fédérale américaine, qui a porté la taille de son bilan à 2.830 milliards de dollars en trois ans, n'a pas encore suscité de tensions inflationnistes fortes. Mais plusieurs membres de son comité monétaire estiment que la banque centrale est aujourd'hui à la limite de l'exercice. « Aujourd'hui, l'inflation n'est pas une menace aux Etats-Unis », a récemment déclaré le président de la Réserve fédérale de Dallas, Richard Fisher, en notant que l'inflation tendancielle tend à revenir vers l'objectif informel de 2 % de la Fed. Selon les derniers chiffres du bureau des statistiques du 16 novembre, l'indice des prix a reculé de 0,1 % en octobre sur le mois précédent (+ 3,5 % en rythme annuel), l'indice central (« core inflation ») étant en hausse de 2,1 %. Un risque pour l'avenir

La majorité des membres du comité monétaire pensent que l'inflation est sous contrôle, même si 3 membres dissidents voient encore un risque pour l'avenir dans l'opération « twist » (rachat d'emprunts de long terme) décidée en septembre. Même si le QE2 ne s'est pas révélé une panacée en termes de lutte contre le chômage et de relance de la croissance, Washington estime que la relance quantitative de la Fed a largement contribué à stabiliser les marchés financiers et que la Banque centrale européenne ferait bien de s'en inspirer... Pierre de Gasquet