Avis d'Appel d'Offres National

Atelier sur la contrefaçon

Ouverture au Sheraton Hôtel d’un atelier de formation sur la lutte contre la contrefaçon
2012-11-28 ADI

Le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, chargé de l'Industrie et de la Planification, M. Simon Mibrathu, a présidé aujourd’hui au Sheraton hôtel les travaux d’un atelier opérationnel de formation de lutte contre la contrefaçon " Eastern Gate".

Ce séminaire a vu la participation notamment du directeur des Douanes et des droits indirects, M. Abdi Houssein Bidid.

Organisé au profit des douaniers, l’objectif de cet l’atelier est de fournir aux parties prenantes les meilleures pratiques possibles et de créer un environnement favorable à un partage d’expériences sur le savoir-faire de la distinction entre les produits authentiques et les produits contrefaits.

Il faut souligner que cet atelier constitue un levier technique susceptible de renforcer le potentiel des différents acteurs impliqués dans la lutte contre la contrefaçon et la piraterie.

Cette formation, qui se déroulera du 28 au 30 novembre 2012, s’inscrit dans un cadre visant à répondre à ce double contraintes, en proposant des méthodes modernes de contrôle à la mesure des nouvelles stratégies mises en place par les organisations de fraude.

Dans un discours prononcé à cette occasion, le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances chargé de l'Industrie et de la Planification, M. Simon Mibrathu, a indiqué que la contrefaçon est une des principales activités du crime organisé.

Selon lui, l’éventail de ces produits ne cesse malheureusement de s’élargir de jour en jour, touchant notamment les médicaments, produits indispensables pour la santé humaine.

Ces produits contrefaits sont donc un danger réel pour l’acheteur et l’utilisateur, a affirmé M. Simon Mibrathu.

Ce dernier a précisé que face à cette situation, et pour lutter efficacement contre ce fléau des temps modernes, la république de Djibouti a adopté un certain nombre de dispositifs légaux dont l’adhésion en 2002 aux conventions de la propriété intellectuelle et la création de l’office djiboutien de la propriété industrielle et commerciale (ODPIC) qui a été doté d’un arsenal juridique adéquat.

M. Simon Mibrathu a rappelé qu’à l’instar des autres administrations douanières, la douane djiboutienne joue un rôle prépondérant dans la lutte contre la contrefaçon, et cela à double titre.

"Elle assure une mission de soutien à l’économie nationale en favorisant la compétitivité économique des entreprises et protège ainsi l’économie contre les pratiques déloyales", a-t-il dit.

De son côté, le directeur des Douanes, M. Abdi Houssein Bidid, a rappelé que Djibouti se situe géographiquement à la croisée de trois continents, à savoir l’Asie, l’Afrique et l’Europe.

"Notre pays est également sur l’une des routes maritimes les plus fréquentées du monde, et de ce fait l’on peut dire, sans se tromper, que le trafic des marchandises en transbordement ou en transit est considérable, cela rejoint aussi notre ambition naturelle de voir les ports de Djibouti devenir un hub régional pour la redistribution des marchandises dans la région", a-t-il ajouté.

"Par conséquent, a-t-il expliqué, la contrefaçon et ses effets néfastes constituent pour nous une préoccupation majeure et quotidienne, elle est une source de menace sérieuse pour la santé publique et pour l’économie nationale".

"J’adhère totalement à l’idée de mettre en commun nos moyens et de partager nos connaissances sur la contrefaçon et sa détection dans le cadre de l’opération Eastern Gate. L’expertise des titulaires des droits en la matière constitue aussi un outil non négligeable et je les remercie pour nous avoir offert cette opportunité", a enfin déclaré M. Abdi Houssein Bidid.