MEFIP/FSD

Signature d’un accord de prêt de 25 millions de dollars
2012-12-12 La Nation n°241

Edition_241_pic_4

Hier au cabinet du Ministère de l’Economie et des Finances, le ministre Ilyas Moussa Dawaleh et le vice-président du Fonds saoudien de développement(FSD), Youssef Ben Ibrahim Al-Bassam, ont paraphé ensemble un accord de prêt, d’un montant de 25 millions de dollars américains, qui servira de financement du projet de port de Tadjourah.

Le ministre de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie et de la Planification, M. Ilyas Moussa Dawaleh, et le vice-président du Fonds saoudien de développement(FSD), M. Youssef Ben Ibrahim Al-Bassam, ont entériné hier la signature d’un accord de prêt au cabinet du Ministère de l’Economie et des Finances.

La cérémonie de signature s’est déroulée en présence du secrétaire général du MEFIP, M. Simon Mibrathu, du directeur du financement extérieur de ce même département ministériel, M. Almis Mohamed Abdillahi, du directeur général du port autonome international de Djibouti(PAID), M. Saad Omar Guelleh, du conseiller en investissements auprès du président de la République, M. Fahmi Ahmed El Hag, et des accompagnateurs du vice-président du FSD.

D’un montant de 93. 750. 000 riyals saoudiens, soit l’équivalent de 25 millions de dollars américains, l’accord de prêt en question est le second qui intervient en 2012 pour le financement de la première phase du projet du port de Tadjourah, le premier ayant été conclu avec le FADES le 17.04.2012 pour un montant total de 36 millions USD.

Ces deux accords de prêts portent le financement total obtenu pour la réalisation de ce projet à 61 millions USD.

Ce projet d’investissement, dont le coût total de la première phase s’élève à 68.7 millions USD, s’inscrit dans le cadre de la spécialisation des activités portuaires et a pour ambition de répondre aux besoins de l’exportation à partir de 2014 du phosphate éthiopien actuellement exploité par des compagnies internationale dans la région Nord de l’Ethiopie.

L’infrastructure portuaire du Port de Tadjourah qui complète le développement du corridor routier Tadjourah-Balho en cours de réalisation sera dotée des installations maritimes performantes et des services de qualité à des prix compétitifs, ce nouveau port permettra d’accélérer l’intégration régionale et d’attirer des parts du marché de transport maritime régional.

Outre ses effets directs sur la croissance économique nationale, la création de ce nouveau port de Tadjourah va appuyer le développement économique et social de la région de Tadjourah.