Tunisie

La BERD ouvre un bureau permanent en Tunisie
2013-06-13 Jeune Afrique Magazine

Berd_ebrd-andylane

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a ouvert un bureau permanent en Tunisie, une étape supplémentaire de son engagement à long terme en faveur du développement des "nouvelles démocraties arabes".

Long terme

C'est une grande première pour la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). L'institution internationale, créée il y a plus de deux décennies dans le cadre du soutien au développement économique en Europe centrale et de l'Est et dans l'ex-Union soviétique, a inauguré mercredi 13 juin à Tunis, son premier bureau permanent dans la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen (région Semed). La Banque déploie ses activités dans cette zone depuis mai 2012, où elle avait annoncé la création d'un fonds d'un milliards d'euros pour les « nouvelles démocraties arabes ». « L’ouverture du premier bureau de la BERD en Tunisie et dans la région Semed constitue un moment historique pour notre institution. Nous sommes déterminés à soutenir la transition et le développement économique à long terme dans ce pays » a déclaré le premier vice-président de la Berd, Phil Bennett.

Le bureau sera dirigé par Marie-Alexandra Veilleux, qui a rejoint la Berd en 2007 et joué un rôle actif lors de l’élargissement de la Banque à la région Semed. Accélérer les investissements

Dans son communiqué officiel, la Berd affirme vouloir jouer "un rôle clé" en Tunisie en y accélérant les opérations de la Banque et en contribuant à de nouveaux investissements dans le pays. Les activités de la Banque en Tunisie appuieront la restructuration et au renforcement du secteur financier du pays, en offrant des financements aux petites et moyennes entreprises (PME). La priorité donnée au PME vise à contribuer à réduire le niveau élevé du chômage, tout particulièrement chez les jeunes. L'institution souhaite aussi mettre l’accent sur le soutien à l’efficacité énergétique et au développement de l’énergie durable. La Berd facilitera, en outre, les financements non souverains pour le développement de l’infrastructure.

La Banque a déjà investi dans trois projets en Tunisie et a soutenu les petites entreprises par le biais de ses programmes d’assistance technique. D’ici à 2015, la Berd annonce pouvoir investir jusqu’à 2,5 milliards d’euros dans la région Semed. Outre la Tunisie, celle-ci comprend l’Égypte, la Jordanie et le Maroc.