Avis d'Appel d'Offres National

BCE

Le Belge Peter Praet nommé chef économiste de la BCE
2012-01-03 L'Expansion

Une nomination qui devrait ne mécontenter personne dans le bras de fer entre Paris et Berlin pour la succession de l'Allemand Jürgen Stark à ce poste.

Le Belge Peter Praet, nommé mardi économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE) par son président Mario Draghi, permet à la BCE de ne mécontenter personne dans le bras de fer entre Paris et Berlin pour la succession de l'Allemand Jürgen Stark à ce poste. M. Praet, 62 ans, avait été nommé au directoire de l'Institution de Francfort en février 2011, où il est entré en juin suivant. Pour occuper le poste stratégique d'économiste en chef de la BCE, l'Allemagne défendait la nomination de Jörg Asmussen, et la France celle de Benoît Coeuré. Avant d'entrer au directoire de la BCE, M. Praet était directeur de la Banque nationale de Belgique depuis 2000. Spécialisé dans la stabilité financière et la supervision des infrastructures financières et les systèmes de paiement, il était aussi depuis 2002 membre du Comité de direction de la Commission bancaire, financière et des assurances en Belgique (CBFA), où il était responsable de la politique prudentielle des banques et assurances.

Premier économiste en chef non allemand de la BCE, M. Praet, né le 20 janvier 1949, a tout de même des liens profonds avec l'Allemagne, où il est né d'une mère allemande et d'un père médecin militaire belge, et où il a passé les 17 premières années de sa vie. Barbu aux cheveux blond-roux arborant de fines lunettes, il a fait ses études à l'Université libre de Bruxelles où il a obtenu notamment un doctorat en économie, matière qu'il y a par la suite enseignée.

Au cours de sa carrière, il a également été brièvement chef de cabinet du ministre belge des Finances, Didier Reynders, entre 1999 et 2000, après avoir été économiste en chef à la Générale de Banque et chez Fortis Banque pendant plus de dix ans.Auparavant, il avait aussi été économiste au Fonds monétaire international entre 1978 et 1980. Lors d'un discours prononcé début décembre 2011 à Vienne, M. Praet a réitéré le credo de la BCE, qui refuse de financer les Etats de la zone euro en créant de la monnaie. "La politique monétaire de la zone euro restera consacrée à notre mandat, qui est de maintenir la stabilité des prix à court terme", avait-il dit.