Avis d'Appel d'Offres National

SNDC

Ouverture du premier forum annuel sur la stratégie nationale de développement du Commerce
2014-04-14 ADI

Le palais du peuple a abrité hier le premier forum sur la stratégie nationale du commerce (SNDC).

Organisées conjointement par le ministère délégué au commerce et l’union européenne, ces assises d’une durée de deux jours permettront d’évaluer à mi-parcours la mise en œuvre de cette stratégie.

Lancée en février 2010 par le ministère délégué au commerce, la stratégie nationale de développement du commerce est destinée non seulement à contribuer au développement économique et social de notre pays, mais aussi à la réduction de la pauvreté et du chômage, tout en créant un hub commercial régional en renforçant l’intégration économique de Djibouti au sein des organisations économiques régionales telle que le COMESA et l’IGAD et dans le système commercial multilatéral.

La cérémonie d’ouverture de ce premier forum a eu lieu en présence du ministre délégué au commerce Hassan Ahmed Boulaleh, de l’ambassadeur et chef de Délégation de l'Union européenne à Djibouti, Joseph Silva, du président de la chambre de commerce de Djibouti, Youssouf Moussa Dawaleh et du ministre des Transports, Moussa Ahmed Hassan.

Plusieurs membres du gouvernement, ainsi que des représentants de la communauté d’affaires de Djibouti ont également participé à la première journée de travaux de l’évaluation à mi-parcours de la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement du commerce.

A travers ces assises de deux jours, les différentes parties prenantes devront réfléchir et partager les résultats de cette évaluation mais établiront des recommandations et de nouvelles perspectives pour la mise en œuvre de la SNDC.

Aussi rappelons que trois ans après la mise en œuvre, et , conformément aux dispositions de la loi N°72 du 21 février 2010 portant adoption de la stratégie nationale de développement du commerce, les participants travailleront durant ces deux jours, sur les différentes composantes de la SNDC que sont la facilitation du commerce et de l’attraction des investissements, l’intégration du commerce au sein du système multilatérale mais aussi sur le partenariat Public-Privé et le renforcement du cadre institutionnel des ressources humaines du ministère du commerce.

Dans son mot d’ouverture, le président de la Chambre de Commerce de Djibouti Youssouf Moussa Dawaleh a d’emblée rappelé la prépondérance des activités du secteur privé qui regroupent un grand nombre d’entreprises sans oublier la présence du secteur informel qui souffre notamment de précarité et de vulnérabilité.

Pour le président de la chambre consulaire, certaines activités relatives à la mise en place de cette stratégie sont en passe d’être réalisées. Il s’agit entre autres du Guichet unique a dit ce dernier qui n’a pas manqué de rappeler que d’autres projets n’avaient pas pu aboutir, d’où l’intérêt de l’organisation de ce forum, qui permettra, a-t-il dit « de faire le point sur la pertinence des objectifs fixés et ainsi réorienter si besoin est, les programmes déterminés initialement ».

C’est pourquoi Youssouf Moussa Dawaleh a ajouté que la concertation et le dialogue avec tous les acteurs concernés par cette stratégie et notamment le secteur privé à travers l’institution qui les fédère et les représente, en l’occurrence la Chambre de Commerce de Djibouti, devraient être privilégiés dans le cadre des travaux de ce forum.

« Le 23 Mars dernier la structure paritaire de dialogue public-prive, inscrite dans la stratégie, a officiellement été lancée et les travaux des comités d’orientations stratégiques et techniques vont démarrer dans le courant de ce mois d’avril 2014, avec l’implication du patronat djiboutien, et des représentants d’associations professionnelles et sectorielles regroupées au sein de la Chambre de Commerce, dont ils sont tous membres, du reste », a expliqué le Président de la CCD.

Avant de conclure, le Président de la chambre consulaire a mis en lumière l’importance de l’intégration de notre marché avec les économies de la région pour ainsi relever la mutualisation de nos efforts à tous.

Pour l’ambassadeur et chef de la délégation de l’Union Européenne à Djibouti, Joseph Silva, la réussite de cette stratégie « est un enjeu crucial pour Djibouti, de par la création de nouveaux emplois pour répondre aux attentes de la jeunesse mais également parce qu’elle représente le fondement indispensable d'une intégration économique régionale qui aurait, à l'évidence, des effets positifs en termes de stabilisation politique et de développement économique ».

« C’est pourquoi, a-t-il ajouté, l’UE demeure au côté des autorités djiboutiennes pour moderniser le cadre juridique applicable au commerce, pour améliorer le climat des affaires et faire progresser l'intégration régionale ».

L’Ambassadeur Silva a rappelé qu’entre 2006 et 2010, l'Union européenne a apporté 400 000 Euros pour l'élaboration du nouveau Code du commerce de Djibouti.

« Il me semble notamment essentiel pour le succès de la stratégie que tous les acteurs concernés s'approprient pleinement ses objectifs et le plan d'action qui l'accompagne », a-t-il dit.

Le Chef de la délégation de l’UE qui a dit souhaiter que ce forum donne un nouvel élan et confère une visibilité accrue à la SNDC et a annoncé que Djibouti recevra via le Comesa et après finalisation du projet par le ministère du Commerce, près de 700 000 euros en 2014 pour soutenir les réformes nécessaires à son intégration dans l'économie régionale.

« Le chantier de l'intégration régionale dans la région IGAD est immense : suppression des barrières non-tarifaires, normalisation, libéralisation de secteurs clés, facilitation et protection des investissements étrangers, etc. Les immenses défis que je viens d'évoquer appellent des réformes en profondeur. La stratégie nationale de développement du commerce de Djibouti doit porter ces réformes. Il est urgent d'être ambitieux», a-t-il conclu.

Le ministre délégué au Commerce, Hassan Ahmed Boulaleh a de son côté déclaré que notre pays, sous le leadership du président de la république, avait mis en place de très nombreuses infrastructures à dimension régionale et internationale, concomitamment à la mise en place d’un environnement favorable au commerce et au développement économique.

« Ces réformes ont donné des résultats tangibles en matière de facilitation du commerce et d’amélioration de l’environnement des affaires avec notamment le code du commerce, le système Syndonia, le guichet unique intégral, la création de l’Office djiboutien de la propriété intellectuelle, le haut conseil national du dialogue Public/Privé et l’Inspection de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes etc…»

Par ailleurs, le ministre délégué au commerce a rappelé les impacts positifs dans la mise en œuvre de la SNDC. « Le niveau d’exécution des dix-neuf actions, sur l’ensemble des quatre composantes, se situe quasiment à 60% »

A ce titre, Hassan Ahmed Boulaleh a précisé que l’un des fruits de ces réformes s’était traduit par un saut qualitatif et quantitatif de Djibouti dans le classement « Doing Business 2014 » de la Banque Mondiale qui classe notre pays parmi les 6 meilleures nations du monde qui ont le plus amélioré leur climat des affaires.

Dans ce sens, le ministre a exhorté les participants « à aller de l’avant dans la mise en œuvre des 40% des actions restantes, ou bien, de s’inscrire d’ores et déjà dans la formulation d’une seconde stratégie nationale de développement du commerce qui devra prendre en compte par exemple tous les travaux du marché et la facilitation du commerce».

Après les discours officiels, la première journée des travaux s’est poursuivie avec des présentations des experts nationaux et internationaux et avec des analyses des différentes composantes de la stratégie nationale de développement du commerce.