Banque Mondiale/Djibouti

La Banque mondiale inaugure son nouveau siège au Héron
2014-05-05 La Nation

L’équipe locale de la Banque mondiale était aux petits soins pour l’ensemble des invités de marque de la réception organisée dans la soirée de mardi dernier au nouveau siège du bailleur de fonds, sis au Héron. L’événement est venu couronner un long processus qui a débuté avec la décision du conseil d’administration de la BM d’ouvrir un nouveau bureau en République de Djibouti. La décision faisait suite à une demande des autorités nationales. Elle reflétait aussi une volonté de la Banque mondiale de se rapprocher des élites et masses djiboutiennes pour mieux répondre aux aspirations communes de développement des unes et des autres.
La Banque mondiale(BM) a ouvert dans la soirée de mardi dernier les portes de son nouveau siège, sis au Héron. Organisée par la représentante-résidente du bailleur de fonds à Djibouti, Homa-Zahra Fotouhi, la cérémonie inaugurale a regroupé sur place le ministre de l’Economie et des Finances, Ilyas Moussa Dawaleh, le ministre de l’Equipement et des Transports, Moussa Ahmed Hassan, le gouverneur de la Banque Centrale de Djibouti, Ahmed Osman Ali, les représentants des corps consulaires et diplomatiques en poste dans notre pays, le président de la Chambre de Commerce de Djibouti, Youssouf Moussa Dawaleh. L’équipe locale de la Banque mondiale était aux petits soins pour l’ensemble des invités de marque de la réception. L’événement est venu couronner un long processus qui a débuté avec la décision du conseil d’administration de la BM d’ouvrir un nouveau bureau en République de Djibouti. La décision faisait suite à une demande des autorités nationales. Elle reflétait aussi une volonté de la Banque mondiale de se rapprocher des élites et masses djiboutiennes pour mieux répondre aux aspirations communes de développement des unes et des autres. Sa représentante-résidente en poste au pays l’a d’ailleurs rappelé avec vigueur devant ses convives réunis sur la véranda du nouveau siège fonctionnel de l’institution financière internationale. Mme Homa-Zahra Fotouhi s’est ensuite livrée au devoir d’inventaire des grands chantiers d’intérêt national qui jouissent du soutien financier de sa maison mère. « La Banque mondiale contribue, à ce jour au développement de Djibouti avec un portefeuille comprenant sept projets d’une valeur nette d’environ 57 millions de dollars américains et quatre fonds fiduciaires d’une valeur nette d’environ 14.5 millions de dollars américains », a-t-elle affirmé. A l’entendre, plusieurs secteurs clés de l’économie djiboutienne concentrent l’aide de la BM. Exemples à l’appui, elle a cité l’accès du plus grand nombre des ménages à l’électricité avec le projet d’énergie, la construction des infrastructures de base au Quartier 7 avec le projet de développement urbain, et le soutien du gouvernement dans l’élaboration de la stratégie de filets sociaux de sécurité qui est un instrument clé pour infléchir la courbe de la pauvreté et valoriser le capital humain. » Nous avons aussi contribué de manière significative à l’inscription des élèves, particulièrement des filles, et à l’amélioration de la qualité et de la capacité du système de l’éducation publique à travers les projets d’Education. En outre, nous avons soutenu l’accès des populations rurales aux services de santé et à l’Eau à travers les projets de Santé et de mobilisation des eaux de surface respectivement, tout en appuyant les secteurs transversaux comme le renforcement de capacités et le genre », a-t-elle souligné en substance. Sourire aux lèvres, Mme Fotouhi a par ailleurs relevé la validation dans la journée du 13 mars 2014 de la stratégie 2014-2017 de partenariat avec Djibouti par le conseil d’administration du groupe de la Banque mondiale. Cette feuille de route s’articule autour de la résilience des populations vulnérables au changement climatique et aux aléas naturels, la réduction des coûts de facteurs de production et l’amélioration de l’environnement des affaires pour les quatre prochaines années. De manière explicite, la stratégie de la BM s’aligne sur les objectifs d’éradication de l’extrême pauvreté et de partage des fruits de la croissance nationale qui figurent parmi les priorités majeures de la planification prospective du gouvernement, dénommée « Vision Djibouti 2035″. En ce sens, le bailleur de fonds entend accompagner les pouvoirs publics du pays dans la mise en œuvre du projet de production d’énergie géothermique et celui du guichet unique. L’ouverture des portes de son nouveau siège en est un signal fort devrait lui faciliter la tache. Cette proximité, souhaitée par les deux parties, privilégie l’accélération des projets communs en cours d’exécution, et donc l’atteinte des résultats escomptés au bénéfice de toutes les composantes de la communauté nationale. En effet, les nouveaux locaux de la Banque mondiale faciliteront les discussions entre leurs occupants et les équipes des ministères sectorielles et le suivi des projets à travers la tenue des réunions périodiques par vidéo conférence et la planification des missions de supervision. C’est du moins la conviction affichée de Mme Fotouhi. « Seulement deux semaines après notre déménagement, ce bureau a accueilli les négociations entre l’équipe de la Banque mondiale et l’équipe Djiboutienne du projet de réduction de pauvreté urbaine dans le Quartier 7 (le PREPUD-II) qui s’élève à 5.6 millions de dollars américains et qui sera soumis à l’aval de notre conseil d’administration le mois prochain. En outre, nous accueillerons bientôt un séminaire virtuel régional sur les reformes des subventions avec plusieurs autres pays de la région MENA », a-t-elle annoncé au public présent sur les lieux. En conclusion, elle a estimé opportune l’initiative qui vise au renforcement du partenariat entre le Groupe de la Banque mondiale et le gouvernement de Djibouti. De son côté, le ministre de l’Economie et des Finances a déclaré que la Banque Mondiale était un partenaire de choix dans le processus de développement de notre pays. » Au delà de l’aspect matériel, je dois avouer que les relations avec les institutions internationales et la RDD sont au beau fixe et en particulier avec la Banque Mondiale qui a toujours œuvré dans des activités et des secteurs extrêmement importants pour Djibouti. Elle reste particulièrement sollicitée dans la lutte contre la pauvreté et la vulnérabilité et le renforcement des capacités institutionnelles de notre pays », a reconnu M. Ilyas Moussa Dawaleh.