Avis d'Appel d'Offres National

Séminaire des Affaires Djibouto-néerlandais :

La CCD et le NABC signent un mémorandum d’entente
2014-05-15 La Nation

Sous le haut patronage du Premier ministre, M. Aboulkader Kamil Mohamed, le ministère de l’économie et des finances a organisé en partenariat avec le conseil des Affaires Netherlands-Afrique (Netherlands-Africa Business Council). La communauté d’affaires Djiboutienne était fortement mobilisée aux côtés des nombreuses personnalités civiles et politiques qui ont pris part à l’évènement au kempinski. Dans le cadre de la mission commerciale néerlandaise qui séjourne actuellement dans notre pays, le ministère de l’économie et des finances a organisé en partenariat avec le conseil d’affaires néerlando-africain (NABC) un séminaire d’affaires afin de faire découvrir aux industriels et entrepreneurs néerlandais les opportunités d’affaires et d’investissement offertes par notre pays. Le ministère des Affaires étrangères ainsi que plusieurs institutions dont la chambre de commerce de Djibouti, l’Agence nationale de promotion des investissements et le conseil d’affaires Netherlands-Afrique ont assuré l’animation et la direction des travaux du forum d’affaires. Il faut dire que c’est là le premier forum d’affaires du genre entre la république de Djibouti et le royaume des Pays-Bas. Il vise à promouvoir les relations économiques et commerciales entre les deux nations. La cérémonie d’ouverture du forum a été marquée par une série d’interventions officielles axées sur les avantages et les opportunités d’affaires de notre pays. A commencer par le Premier ministre, M. Abdoulkader Kamil Mohamed, qui s’est d’abord réjoui de voir « les opérateurs économiques (néerlandais) s’interroger concrètement sur les possibilités qui sont offertes et sur le potentiel de la république de Djibouti, en venant vous-mêmes, vous en rendre compte sur place. ». Un motif de satisfaction aux yeux du Premier ministre, qui a tout de suite mis en valeur les avantages comparatifs de notre pays comme «sa position géographique, sa stabilité politique, sociale et financière, son appartenance à de grands ensembles économiques et commerciaux, son hinterland et ses infrastructures de transport et de télécommunications modernes ». Mieux encore, M. Abdoulkader Kamil, a souligné les mesures gouvernementales visant à rendre notre pays encore plus attractif, dont notamment la levée des contraintes économiques comme le prix de l’énergie ou la satisfaction des besoins en eau mais également les avantages fiscaux et la disponibilité d’une main d’œuvre compétente, efficace et abondante. Autant d’avantages non négligeables qui ouvrent de belles opportunités aux investisseurs étrangers, selon lui. Par ailleurs, M. Aboulkader Kamil a mis l’accent sur le développement d’une zone franche industrielle et les lourds investissements projetés ou en cours de réalisation qui constituent des moteurs économiques très forts. En conclusion, M. Abdoulkader Kamil a souligné le caractère hautement opportun pour les opérateurs économiques néerlandais d’avoir de nouvelles opportunités d’investissements et d’affaires dans notre pays. Des propos repris par le ministre des affaires étrangères et le ministre délégué au commerce, MM. Mahmoud Ali Youssouf et Hassan Ahmed Boulaleh. Ce dernier a mis l’accent sur la « volonté du gouvernement de promouvoir les potentialités d’investissements qu’offre notre pays ». C’est aussi l’occasion pour les partenaires néerlandais de construire « un partenariat constructif et efficace pour notre pays » a-t-il ajouté. Plus généralement, le ministre a mis en lumière la vision du Chef de l’Etat de réaliser une «transformation structurelle de l’économie nationale afin de faire de Djibouti une nation émergente » a-t-il lancé en substance. M. Hassan Ahmed Boulaleh a expliqué que pour ce faire, le gouvernement avait entrepris une batterie de réformes structurelles et sectorielles sur la compétitivité de l’économie et l’environnement des affaires. Il s’agit entre autres, a-t-il énuméré, de l’adoption d’un code de commerce, la création d’un guichet unique intégral pour la création d’entreprises en 72 heures et l’agrément au code des investissements en un délai tout aussi réduit, la création d’un code de commerce extérieur pour rationnaliser les procédures d’import et export, l’adoption d’une loi sur la concurrence pour juguler les pratiques anticoncurrentielles et la mise en place d’un cadre institutionnel et juridique adéquat pour la promotion des partenariat public-privé qui permet un dialogue permanent et constructif en vue du développement du secteur privé. Autant de mesures qui ont eu des effets immédiats au vue de la remontée au classement de la RDD dans le rapport Doing Business de la banque mondiale. Le ministre a ensuite mis en lumière les atouts et les secteurs porteurs de notre pays qui encouragent l’investissement. Il a notamment cité le secteur miniers (perlite, or, gypse, etc. ), les infrastructures portuaires de haut standing (2 terminaux à conteneurs, un terminal pétrolier) et un corridor routier international et un réseau ferroviaires. Pour sa part, le président de la chambre de commerce, M. Youssouf Moussa Dawaleh, a d’abord mis en lumière un fait marquant dans les relations commerciales djibouto-néerlandaises. Ainsi, a-t-il rappelé, « les liens commerciaux entre les opérateurs économiques Djiboutiens et néerlandais sont importants puisque les pays bas sont le 5ème pays européen d’importation pour la république de Djibouti ». Mieux encore, il a affirmé que la mission commerciale néerlandaise coïncide avec une période favorable aux échanges et aux investissements en tout genre dans notre pays ». M. Youssouf Moussa Dawaleh n’a pas manqué de souligner que notre pays se situe « à la croisée des principales voies de communication maritime pour le commerce international ». Un rappel en appelant l’autre, il a mis l’accent sur les garanties et protections offertes par la RDD pour les investissements dont notamment sa stabilité politique et sociale, mais aussi les incitations fiscales et non fiscales ainsi que le dynamisme et la croissance économique. Il a souligné le rôle prépondérant da la CCD qui « partage la vision du gouvernement en matière de développement économique », en menant une « politique de promotion du secteur privé à travers ses services d’appui mis à disposition mais aussi par le biais d’accords de coopération avec les institutions partenaires représentatives du secteur privé. » L’ambassadrice des pays bas à Djibouti et le chef de la mission commerciale, Mme Lidi Lidi Remmelzwaal et M. Lorenz Winkel ont partagé et souscrit aux points de vue largement exprimés par les autorités politiques et les représentants des opérateurs économiques. L’un et l’autre ont appelé leurs compatriotes industriels et grands entrepreneurs à mettre à profit ce forum en s’enquérant amplement auprès des autorités publiques et de leurs homologues entrepreneurs de toutes les informations et renseignements utiles. Chose que les principaux intéressés n’ont pas manqué de faire à l’issue des interventions officielles. Des présentations de l’ANPI sur les opportunités et les atouts économiques, commerciaux et géostratégiques de notre pays ont d’abord assouvi les curiosités des visiteurs de marques. Leurs interrogations a posteriori sur les aspects juridiques, financiers ou fiscaux ont ensuite été satisfaites par les interventions du président de la CCD, mais aussi du Directeur général de l’ANPI et de Maitre Aref Mohamed qui était l’expert juriste désigné pour animer le forum. Il faut rappeler que dans le cadre de cette mission, le président de la CCD et le chef de la mission NABC ont signé un mémorandum d’entente visant à poser le cadre du partenariat commercial entre les opérateurs économiques des deux pays. Soulignons par ailleurs, que les échanges entre opérateurs économiques Djiboutiens et néerlandais ont été ponctués de bons mots distillés par le président de la CCD et du DG de l’ANPI qui se sont exprimés tous deux dans un parfait anglais. La mission commerciale s’est poursuivie dans l’après-midi par des visites individualisées des entreprises au profit des hommes d’affaires néerlandais. Une mission de bon augure qui devrait nécessairement donner ses fruits incessamment sous peu.