Affaires

Investir à djibouti
2014-05-30 La Nation

Le gouvernement djiboutien ayant créé un climat favorable aux affaires, les IDE ont fortement progressé, puis ont diminué avec la crise économique mondiale. Cependant, l’afflux d’IDE reprend. Le principal atout de Djibouti est sa localisation géostratégique, à la croisée des routes maritimes entre l’Extrême-Orient, le Golfe Arabo-persique, l’Afrique et l’Europe. Outre une monnaie stable, librement convertible et ancrée au dollar américain par une parité fixe, le gouvernement offre d’importantes réductions fiscales aux investisseurs étrangers. Désireuse d’accroitre les investissements directs étrangers, Djibouti, membre du COMESA, œuvre notamment à son rapprochement avec le Conseil économique du Golfe et avec l’Inde. La République de Djibouti cherche à améliorer le climat des affaires dans son pays. En 2012, des projets ferroviaires ont été signés avec des compagnies turques et chinoises et Djibouti a noué un partenariat économique stratégique avec la Chine, dont les entreprises sont particulièrement actives dans le pays (zone industrielle autonome, prêt pour construire un terminal minéralier, entrée d’un groupe chinois dans la société « Ports de Djibouti »). Conséquence de cet activisme, en 2013 les IDE ont augmenté pour représenter 110 milliards de dollars selon les estimations. Le secteur des services reçoit le plus d’IDE. Les principaux pays investisseurs sont les pays du Golfe, l’Éthiopie, le Yémen, les États-Unis, la Chine et la France.