3EME FORUM ECONOMIQUE DJIBOUTO-TURC

Un projet de zone économique spéciale turque à Ambado
2015-01-26 ADI

Forum

Le président de la Turquie, Recep Tayyib Erdogan a achevé dans la soirée de samedi dernier sa visite de travail à Djibouti avec sa participation au 3ème forum des hommes d’affaires Djibouto-turc.

Ce forum a vu la participation du Premier ministre, Abdoulkader Kamil Mohamed et plusieurs membres du gouvernement dont le ministre de l’Economie et des Finances, Ilyas Moussa Dawaleh ainsi que des dizaines d’hommes d’affaires Djiboutiens et turcs.

Ce 3ème forum des hommes d’affaires Djibouto-turc a été marqué par la signature de l’accord pour la mise en place d’un conseil économique des hommes d’affaires djibouto-turcs, paraphé par le président de la Chambre de Commerce de Djibouti, Youssouf Moussa Dawaleh et le Président du DEIK (Conseil des relations économiques extérieures de la Turquie), qui regroupe le patronat turc.

Ce conseil économique Djibouti-turc sera composé de 12 hommes d’affaires Djiboutiens et douze autres turcs. Il aura pour mission principal de se pencher sur les voies et moyens de renforcer la coopération entre les deux pays. Aussi, par ce conseil, les secteurs privés des deux pays viennent donc rejoindre les stratégies politiques visant à booster la coopération commerciale entre les deux pays. Une volonté illustrée par la création d’une zone économique spéciale baptisée « SMALL TURQUIA », qui accueillera exclusivement les investisseurs turcs.

Ce 3ème forum économique Djibouto-turc a par ailleurs été ponctué par plusieurs interventions des officiels dont celui du Président des Autorités des Ports et des Zones Franches, Aboubaker Omar Hadi qui a mis en exergue les grands projets d’infrastructures portuaires et aéroportuaires actuellement en cours de construction à Djibouti. «Notre ambition première est de renforcer la position de hub stratégique de Djibouti pour l’Afrique » a dit Hadi aux hommes d’affaires turcs.

Pour sa part, le Président de la Chambre de Commerce, a rappelé que les contacts entre les deux communautés d’affaires de nos deux ont été nombreux depuis la mise en place fin 2013 de l'Assemblée générale de la Chambre de Commerce de Djibouti. « Elles montrent l’excellence de nos relations économiques et mieux encore, le niveau des échanges entre les deux pays, puisque la Turquie est placée en 4ème position des pays avec lesquels nous entretenons des transactions commerciales. En 2013, elles ont représenté 6 milliards de francs Djibouti en termes de valeur marchande » a dit Youssouf Moussa Dawaleh. Et d’ajouter que «Les produits concernés vont de l'alimentation générale, aux matériaux de construction, en passant par les pièces détachés automobiles, les articles de décoration et d'ameublement ».

Pour sa part, le ministre de l’Economie et des Finances, Ilyas Moussa Dawaleh, a dit que la zone économique spéciale turque qui sera située dans la zone d’Ambado, non loin de la nouvelle extension du port de Doraleh en cours de construction. « Cette zone économique sera exclusivement dédiée aux investisseurs turcs et dans cette zone, des unités de production du textile ainsi que des unités d’assemblages de machine technologique comme les électroménagers verront le jour », a expliqué Ilyas Moussa Dawaleh.

Quant aux avantages dont bénéficierons les investisseurs turcs, le ministre de l’Economie et des Finances a indiqué que « ces avantages seront différents de ceux dont peut bénéficier une entreprise installée dans une zone franche qui bénéficie d’exonération d’impôt ». «Cependant des négociations sont en cours sur les modalités par exemple de taxation des sociétés en zone économique » a dit Ilyas Moussa Dawaleh.

Le ministre turc de l’Economie, Nihad Zeybekci a, quant à lui, émis le souhait de voir la coopération commerciale et économique s’accélérer. «Nous avons réalisé déjà pas mal de choses et la construction de la zone économique spéciale, située non loin du port de Doraleh, marque la renaissance d’une coopération séculaire entre nos deux pays ».

Avant de conclure, le ministre turc de l’Economie a déclaré que le gouvernement turc construira dans les plus brefs délais cette zone économique d’une superficie de 500 hectares, grande comme 68 terrains de football.

Le Premier ministre, qui a pour sa part prononcé une brève allocution, n’a pas manqué de mettre en évidence une fois de plus les liens séculaires que partagent les deux pays. « Les femmes Afars chantent le phare d’Istanbul sans vraiment connaitre son histoire » preuve en est des liens culturels historiques qui lient Djibouti à la Turquie a expliqué Abdoulkader Kamil.

Enfin, le Président Erdogan a, durant une demi-heure, démontré son talent d’orateur, en passant en revue, l’histoire des relations d’amitié et de coopération entre nos deux pays. « Djibouti est un grand pays, par sa position stratégique, sa politique, sa stabilité et sa croissance positive mais aussi par son ambition de devenir, un pays incontournable pour le commerce mondial. Le mot d’ordre, qui doit régir nos liens, est « partenariat stratégique » a martelé le président turc qui a ajouté avoir tardé à miser sur Djibouti. « Nous avons pour obligation de rattraper le temps perdu » a-t-il dit, avant d’appeler les hommes d’affaires turcs à investir en République de Djibouti où les perspectives sont prometteuses.

Le président turc a par la suite énuméré les secteurs porteurs comme le bâtiment avec les logements sociaux, l’urbanisme ou encore le tourisme. « Notre approche est celle d’un partenariat gagnant-gagnant et pour celui qui a peur du risque sachez que celui qui ne risque rien n’a rien », a affirmé M. Erdogan. Sur sa lancée, le président turc n’a pas caché les ambitions de la Turquie qui souhaite, de développer un partenariat commercial avec l’Afrique. « La Turquie a les moyens de ses ambitions » a dit le Président turc qui a rappelé que son pays occupe la 6ème place dans l’économie européenne et la 17ème place mondiale.

« Nous ambitionnons de devenir la 10ème puissance économique mondiale d’ici 2023 en nous sommes confiants en nos capacités », a conclu le président Recep Tayyib Erdogan.