Avis d'Appel d'Offres National

AFFAIRES

Le président de l’APZF à Genève à la tête d’une délégation d’hommes d’affaires
2015-03-19 La Nation

Les 16 et 17 mars à Genève, le président de l’Autorité des ports et des zones franches et un certain nombre d’hommes d’affaires djiboutiens ont participé à l’Africa CEO forum. Dans la capitale de la confédération helvétique, les propositions pertinentes du président de l’APZF pour que rien ne puisse plus freiner la marche en avant de l’économie africaine, ne sont pas passées inaperçues puisque les médias internationaux se l’arrachaient tout au long de ce forum. Compte-rendu.

C’était à coup sur le forum où il fallait y être. Car il s’agit d’un rendez-vous annuel pour les grands chefs d’entreprise qui ambitionnent de participer au développement de notre continent. Cette année aussi, l’Africa CEO forum de Genève qui s’est tenu du 16 au 17 mars dans la capitale helvétique a fait le plein avec 800 participants, parmi lesquels 500 PDG venus du continent, 100 banquiers et financiers les plus influents et également 200 personnalités africaines et internationales de premier plan. Djibouti y a dépêché une délégation d’hommes d’affaires avec à sa tête le président de l’Autorité des ports et des zones franches, Aboubaker Hadi. La participation de l’APZF à cette grand-messe du business de l’année a offert à notre pays une visibilité internationale sans précédent. Pour preuve, M. Hadi, durant les deux jours du forum, a été l’objet de beaucoup de sollicitations médiatiques. Des médias aussi bien francophones qu’anglophones. Le PDG de l’APZF en a profité pour mettre en avant la percée économique du Continent mais également les perspectives et les opportunités de développement de notre pays. Un vent d’optimisme soufflait donc à Genève lors de ces assises. Tous les dirigeants économiques ont affiché leur crédo pour une Afrique qui prend son destin en main. Car ils ont sont tous convaincus : ni Ebola, ni Sida, encore moins le yoyo des matières premières, rien ne pourra freiner la marche en avant de l’économie du Continent. Pour M. Hadi « La chute du prix du baril ou de certaines matières premières, c’est plus un effet en trompe-l’œil qu’autre chose. Aujourd’hui le busines africain s’est diversifié. De plus, avec l’accroissement du commerce intra africain, le temps où l’économie du Continent entrait en convulsion à cause de la chute des exportations des matières premières s’éloigne définitivement». Ces propos trouvent écho également auprès des dirigeants de premier plan comme le président de la BAD, M. Kaberuka. Mais à Genève, les PDG africains n’ont pas seulement prêché l’optimisme, ils ont aussi réfléchi sur les défis que doit relever le continent pour mieux s’intégrer dans le commerce mondial. Cela passe par des restructurations et des réformes. Cela passe aussi par une meilleure gouvernance et une meilleure appropriation des nouvelles technologies par les entreprises. L’enjeu pour l’Afrique, c’est de trouver une voie de développement qui lui soit propre,en évitant le risque de copier des modèles importés. C’est d’ailleurs pour réfléchir à cette stratégie endogène qu’Aboubaker Hadi a participé, en compagnie de Mo IBRAHIM et de Pascal Lamy et en présence de l’ambassadeur de Djibouti en Suisse, Mohamed Siad Doualeh, à un haut groupe de réflexion Public/privé. « Il faut inverser la tendance actuelle où les Etats du continent ont recours à des capitaux privés du nord. Il faut une joint-venture public/privé Sud/Sud. Raison pour laquelle les entreprises du secteur privé du continent doivent mutualiser leur apport et se constituer en bloc pour être une force opérationnelle capable de devenir un partenaire crédible vis- à vis des Etats». La réflexion du président Hadi a été retenue comme une des cinq recommandations principales pour favoriser l’intégration économique des régions, étape nécessaire sur le chemin du marché unique du continent. Mohamed Siad Doualeh Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire De Djibouti en Suisse L’africa ceo forum est une grande opportunité. Pour les entreprises d’abord à qui il permet un réseautage mais aussi des échanges d’expertise et d’expérience. Mais c’est aussi un espace de promotion exceptionnelle pour notre pays. De ce point de vue, la participation cette année de l’autorité des ports et des zones franches a donné aux nombreux participants qui ont visité le stand de l’APZF une meilleure perception du pays, comme destination business fiable et plein d’opportunités. Aboubaker Hadi Président de l’APZF Nous sommes très satisfaits de notre participation. Le forum nous a offert l’opportunité de réfléchir au développement économique de l’ensemble du Continent. Moi-même, j’ai pu évoquer les barrières et les contraintes qu’il faut lever pour accélérer l’intégration économique du Continent. Notamment le partenariat Public /Privé qu’il faut repenser pour que le secteur privé africain soit un acteur majeur de la croissance du Continent. Par ailleurs l’intérêt manifesté par beaucoup d’investisseurs que j’ai pu rencontrer durant les deux jours du forum me réconforte dans l’idée que la vision économique du président de la République pour développer le pays est la plus adéquate. Jordanna Remon responsable du développement commercial, Coubèche distribution C’est la troisième fois que le groupe Coubèche participe au ceo africa forum. C’est avant tout un espace de rencontre, d’échanges et de réseautages.Cela nous permet, entre autres, d’identifier des partenaires qui présentent le même profil que nous ou qui opèrent dans les mêmes secteurs .L’année dernière par exemple, nous avons pu prendre attache avec deux nouveaux fournisseurs avec qui nous travaillons aujourd’hui. Le forum nous sert également de tribune pour informer des investisseurs sur l’intérêt qu’il y a à venir faire du business dans notre pays. Reuben Ahronee directeur general du groupe Massida Notre société participe pour la deuxième fois au ceo africa forum. Nous y rencontrons des chefs d’entreprise qui s’intéressent aussi bien à Djibouti qu’a l’Ethiopie. Et en tant que société de logistique basée dans les deux pays, nous faisons évidemment un plaidoyer pour notre expertise et notre savoir faire. Mais au-delà, le forum nous permet de faire la promotion du pays, de ses potentialités, de sa sécurité, bref de tous les éléments d’attractivité pour les investisseurs.