BCD / IFSB

Les institutions bancaires s’initient à la Finance Islamique
2015-08-18 ADI

Bcd

Le Directeur exécutif PI de la Banque centrale de Djibouti, M. Ali Daoud Houmed, a présidé hier un atelier de formation sur l’introduction des normes et standards de la Finance Islamique. Des représentants du secteur des institutions bancaires islamiques et conventionnelles participent à cet atelier dont les travaux s’étaleront sur quatre jours.

Hier, la salle de conférence du Sheraton hôtel a abrité un atelier de formation axé sur l’introduction des normes et standards de la Finance Islamique. Animé par le Dr. Sherif Ayoub, assistant du Secrétaire général de la Commission des services financiers islamiques, IFSB de son acronyme anglais, ledit atelier a vu la participation des représentants des institutions bancaires islamiques et conventionnelles de la place.

La Finance islamique impose le respect de plusieurs principes religieux fondamentaux dans l’Islam: l’interdiction du «riba» (l’intérêt assimilé à l’usure), du «gharar» et du «maysir» (l’incertitude, la spéculation), du financement d’activités «haram» (alcool, viande de porc, pornographie…). La finance islamique fonctionne également sur le principe de la «Moucharaka», c’est-à-dire le partage des profits et des pertes entre les différentes parties, ainsi que l’obligation d’investir dans l’économie réelle via des actifs tangibles. En théorie, les produits dérivés sont donc interdits. Aussi, la première journée des travaux était axée sur le concept et le contrat de la Finance islamique ainsi que les structures des produits des institutions bancaires islamiques.

Lors de cette même journée de travail, les participants ont prêté attention aux exposés de l’animateur concernant le risque des placements des actions dans les banques islamiques ainsi que la réduction des capitaux entre autres. Rappelons enfin que depuis sa création, la finance islamique a connu une croissance exceptionnelle. Le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale et d’autres organismes financiers internationaux estiment que les avoirs des banques islamiques ont été multipliés par neuf à 1800 milliards de dollars entre 2003 et 2013, soit une progression de 16% par an. Ils dépasseraient actuellement les 2000 milliards.

Plus de 40 millions de personnes dans le monde sont actuellement clientes d’une banque islamique. Ce secteur va encore doubler de volume à 4000 milliards de dollars en 2020, selon des experts.