RDD / FMI

République de Djibouti/Fonds monétaire international (FMI) : Des consultations multisectorielles en perspective
2015-09-07 La Nation

Kgjumwhgdkiv2%2b1e0rsezq%3d&expires=1524512423

Le ministre de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie, Ilyas Moussa Dawaleh, a eu hier dans son cabinet ministériel une réunion de travail avec les membres d’une délégation du Fonds monétaire international (FMI). Le ministre a dressé devant ses hôtes un tableau réaliste de la situation économique et financière du pays. Les visiteurs ont également pris bonne note des propos de M. Ilyas Moussa Dawaleh sur les réformes en cours, les tenants et aboutissants de la stratégie nationale de planification prospective, intitulée « Vision 2035 ».
Le ministre de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie, Ilyas Moussa Dawaleh, a reçu hier dans son cabinet ministériel une mission du Fonds monétaire international(FMI), conduite par Mohamed Al Gorchi. La rencontre est intervenue dans le cadre du séjour de travail de la délégation du FMI au pays. Elle s’est déroulée en présence de plusieurs hauts fonctionnaires du Ministère de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie(MEFI). Citons, entre autres, le secrétaire général, Nouh Omar Miguil, le directeur du financement extérieur, Ali Mohamed Guadileh, et la directrice de l’économie, Mariam Hamadou. Ainsi, le ministre a dressé devant ses hôtes un tableau réaliste de la situation économique et financière du pays. Les visiteurs ont également pris bonne note des propos de M. Ilyas Moussa Dawaleh sur les réformes en cours, les tenants et aboutissants de la stratégie nationale de planification prospective, intitulée « Vision 2035 ». Normal puisque les experts de la mission du FMI sont appelés à mener des consultations multisectorielles pendant deux semaines. Ils auront des séances de travail avec les hauts responsables de différents ministères sectoriels durant cette période. Notons au passage que le FMI accompagne la République de Djibouti dans ses efforts tournés vers l’amélioration des pratiques locales de bonne gouvernance, l’essor d’un secteur privé, fort et rentable, et la concrétisation des objectifs de la « Vision 2035 ».