RDD / FMI

Le Premier ministre s’entretient avec les membres d’une délégation du FMI
2015-09-14 ADI

7ec%3d&expires=1524511884

Le Premier ministre, M. Abdoulkader Kamil Mohamed, a reçu aujourd’hui une délégation du Fonds monétaire international(FMI), conduite par l’assistant du directeur de cette même institution pour le Proche Orient et l’Asie Centrale, M. Mohamed El Qorchi.

Cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre des consultations annuelles entre le gouvernement djiboutien et l’institution financière internationale, a vu la participation du secrétaire général de la Primature, M. Naguib Abdallah Mohamed Kamil, du secrétaire général du Ministère du Budget, M. Simon Mibrathu, et du directeur de cabinet du Premier ministre, M. Youssouf Aouled Farah.

Au cours de l’entrevue, le chef de la mission d’experts du FMI est revenu sur l’objet de leur séjour de travail à Djibouti. Il s’agit, selon lui, de faire le point avec les autorités djiboutiennes sur la situation et l’évolution économique du pays, les reformes structurelles et les investissements engagés.

Mohamed El Qorchi qui a notamment salué le respect des engagements pris par le gouvernement dans le domaine de la fiscalité, a rappelé combien ces réformes fiscales étaient nécessaires. "Car, a-t-il dit, elles peuvent avoir des impacts positifs sur la croissance économique du pays".

L’assistant du directeur du FMI, a ajouté que les investisseurs étrangers privilégient Djibouti pour son attrait économique et social qui illustre un bon indicateur de développement économique.

Le haut responsable de cette institution financière a par ailleurs indiqué que ses accompagnateurs et lui-même devront tenir samedi prochain une réunion finale avec les parties concernées.

De son côté, le Premier ministre a évoqué les projets en cours d’exécution à Djibouti. Il les a qualifiés d’essentiels et de vitaux quant au renforcement de la croissance de l’économie nationale.

"Les reformes administratives et fiscales entreprises ont pour objectifs de soutenir le développement économique du pays, d’infléchir efficacement le taux du chômage, et de drainer davantage d’investissements directs étrangers directs", a-t-il souligné en substance.

Le Premier ministre a réaffirmé auprès de ses interlocuteurs du FMI que les mesures de la réforme fiscale seront appliquées dans le courant de l’année 2016, précisant que l’approche fiscale était une priorité pour le gouvernement afin d’assainir la dette publique.