Avis d'Appel d'Offres National

BCD

Le gouverneur de la Banque Centrale de Djibouti (BCD) préside un atelier de validation de deux projets de loi destinés à moderniser les infrastructures financières opérationnelles de notre pays
2015-10-01 ADI

Bcd1

Le gouverneur de la banque centrale de Djibouti, M. Ahmed Osman Ali, a présidé hier un atelier de validation de deux projets de loi destinés à moderniser les infrastructures financières opérationnelles de notre pays.

Le premier projet de loi porte sur la mise en place d’un système d’informations de crédits ou SIC de son abréviation française, tandis que le second stipule la création d’un système national des paiements ou SNP selon le jargon des professionnels.

Les deux textes ont pour objectif principal de réglementer la collecte et le partage d’informations sur le crédit entre les établissements de crédit et les institutions de micro finance, ainsi que toutes autres entités ou entreprises, publiques ou privées, que la banque centrale déciderait d’y adjoindre.

Leur instauration devrait favoriser la distribution du crédit et prévenir les situations de surendettement, tout en améliorant la qualité et la disponibilité des informations dans les sphères de décision bancaires.

Aussi, les deux projets de loi viennent compléter le dispositif juridique existant. Puisqu’ils intègrent de nouvelles dispositions nécessaires dans l’encadrement des pratiques bancaires issues de nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

Citons notamment le traitement virtuel des transactions financières, surtout celles effectuées via la téléphonie mobile. Comme l’a si bien dit le gouverneur de la BCD, la modernisation du système national des paiements (SNP) et la refonte du système d’information sur le crédit (SIC) constituent pour les autorités publiques des priorités majeures en République de Djibouti.

"Les pouvoirs publics en attendent une plus grande inclusion financière de larges franges de la population nationale. Lesquelles devraient accéder aux financements bancaires", a déclaré M. Ahmed Osman Ali.

Notons enfin que ces projets de loi qui s’attirent les faveurs des banquiers de la place seront prochainement soumis au double aval du Conseil des ministres et de l’Assemblée nationale pour d’éventuelles discussions en vue de leur adoption.