Inauguration Chemin de fer

Le président Guelleh et le Premier ministre éthiopien coprésident la cérémonie inaugurale de la nouvelle ligne de chemin de fer reliant Djibouti à Addis-Abeba
2017-01-10 ADI

Nagad_iog_22_gggg

C’est devant la gare moderne et imposante de Nagad qu’a eu lieu ce mardi la cérémonie inaugurale de la nouvelle ligne de chemin de fer qui relie la capitale djiboutienne à Addis-Abeba (Ethiopie).

Coprésidée par le président Ismail Omar Guelleh et le Premier ministre éthiopien Hailé Mariam Desalegn, cette cérémonie grandiose a vu la participation d’importantes personnalités parmi lesquelles la Première dame du pays et présidente de l’Unfd, Mme Kadra Mahamoud Haid.

Le Premier ministre, M. Abdoulkader Kamil Mohamed, les membres du gouvernement et du parlement, ainsi que des représentants du corps diplomatique accrédité à Djibouti ont également pris part à cet événement historique.

L’inauguration, aujourd’hui, de la partie djiboutienne du nouveau chemin de fer Djibouti-Addis-Abeba intervient deux mois seulement après celle, en octobre dernier, de l’étape éthiopienne.

Ce projet pharaonique financé grâce à un prêt accordé par l’Exim Bank de Chine aux deux pays, a été réalisé en quatre ans par la société China Railway Corporation.

Cette voie ferrée, la première du continent africain à être entièrement électrique, facilitera le transport des personnes et des marchandises entre les deux pays, donnera un coup d’accélérateur aux échanges commerciaux et renforcera la dynamique d’intégration régionale.

Le président Ismaïl Omar Guelleh, qui avec l’ancien Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, fut à l’origine de ce projet, n’a pas caché son émotion d’avoir pu, avec les dirigeants éthiopiens, mener à bien un tel projet.

"Après tant d’années d’absence, c’est, donc, avec une certaine émotion et beaucoup de fierté que nous marquons, aujourd’hui, officiellement le retour du train à Djibouti en inaugurant la nouvelle ligne qui reliera Djibouti à Addis Abeba, en seulement sept heures !", a déclaré en substance le chef de l’Etat djiboutien.

Le président Ismail Omar Guelleh a souligné que, par tout temps, le rail et la mer ont toujours été considérées comme étant les deux mamelles nourricières de notre République. "A la fois marqueurs identitaires, ils ont insufflé la vocation naturelle de hub logistique à notre économie et nourri, par-là, des générations entières de Djiboutiens", a-t-il dit.

Le discours du président Guelleh, interrompu à maintes reprises par des salves d’applaudissements, aura marqué les esprits.

"Confortable, sûr, économe en énergie et donc moins onéreux, plus respectueux de l’environnement, le train constitue, à bien des égards, un élément irremplaçable dans la chaine de transport des personnes et des biens", a affirmé le chef de l’Etat.

En effet, la ligne Djibouti-Addis Abeba ouverte à l’exploitation peut supporter jusqu’à 4 millions de tonnes de fret par an à court terme, soit environ 40% du tonnage actuel.

"Djibouti reste et restera la principale voie d’approvisionnement de l’Ethiopie dont le trafic import est estimé aujourd’hui à 12 millions de tonnes ; dans 10 ans, il va doubler et dans 20 ans, le trafic en transit vers Ethiopie sera multiplié par 5", a-t-il précisé.

Le président IsmaÏl Omar Guelleh a tout particulièrement salué le gouvernement chinois pour "sa contribution et son soutien indéfectible non seulement dans ce projet mais également dans bien d’autres".

Il a adressé ses plus vifs remerciements aux sociétés chinoises qui ont joué un rôle si important dans la construction de ce nouveau chemin de fer électrique.

Notons que cette nouvelle ligne de 752 km enterre définitivement l'ancien chemin de fer mis en service en 1917 et qui fonctionnait encore laborieusement sur le tronçon entre Dire Dawa (nord-est de l'Ethiopie) et Djibouti, au prix d’une lenteur notoire et de fréquents déraillements.

La nouvelle ligne se veut aussi une vitrine de la technologie chinoise sur le continent africain. A plus long terme, ce train doit être le point de départ d'une ligne ferroviaire transafricaine qui traversera le continent d’est en ouest, de la mer Rouge à l'océan Atlantique.