DJIBOUTI-CHINE

Trois accords économiques signés au Kempinski
2016-01-18 La Nation

Djib-chine

Le chef de l’Etat a présidé hier au palais de la République la cérémonie de signature de trois importants accords économiques avec la Chine. Dans le cadre de ces accords, trois importants projets dont la création d’une gigantesque zone franche, seront réalisés à Djibouti. Hier, le chef de l’Etat a présidé au kempinski palace une cérémonie de signature de trois importants accords économiques et commerciaux entre la République de Djibouti et la Chine. Ces accords portent sur la création d’une vaste zone franche à Djibouti, la délocalisation de l’activité de redistribution du commerce mondial avec la Chine et la création à Djibouti d’une chambre de compensation au profit d’opérateurs économiques. La construction de la zone franche prévue par le premier accord signé hier s’étendra sur une superficie de 48 kilomètres carrés. « J’ai demandé que la première partie de cette future zone franche qui s’étendra sur 1,5 kilomètres carrés soit opérationnelle avant la fin de cette année 2016 » a précisé le Président de la République, qui a ajouté que ce projet était appelé à terme à employer en permanence « 15 000 Djiboutiens ». Quant au second accord sur la délocalisation à Djibouti de la redistribution du commerce mondial avec la Chine, version moderne de la fameuse « route de la soie», ancien réseau de routes commerciales entre l’Asie, l’Europe et la Chine, il formalise le rôle de plateforme de transbordement et de redistribution que notre pays est désormais appelé à jouer dans le commerce mondial impliquant les échanges avec la Chine. Le 3ème accord porte sur la réalisation d’un cadre légal rendant possible l’afflux rapide de banques chinoises à Djibouti en vue de contribuer à l’évolution de notre pays en un Hub mondial de la finance internationale et des affaires. Il prévoit également la création d’une chambre de compensation au profit d’opérateurs économiques de Djibouti afin que, par le moyen de l’usage de leur propre monnaie, ils ne perdent pas de devises dans les échanges avec leurs collègues chinois.