DJIBOUTI / FMI

Des gages de stabilité
2016-05-31 La Nation

Le ministre du Budget, Bodeh Ahmed Robleh, a reçu lundi 30 mai dernier, dans son cabinet ministériel, le nouveau chef de mission du FMI en charge du dossier de Djibouti, Rogerio Zandamela, et le représentant-résident du FMI, Joseph Karangwa. La rencontre s’est déroulée en présence du secrétaire général du département ministériel du budget, Simon Mibrathu, et du directeur de la dette publique, Almis Mohamed Abdillahi. Le ministre a remercié le F.M.I. pour l’appui qu’il continue d’apporter à Djibouti. Il a évoqué de nombreuses rencontre au sommet lors des assemblées annuelles du FMI et de la Banque Mondiale et une bonne collaboration entre les institutions de Bretton Woods et la République de Djibouti avec un partenariat toujours fort. Il a assuré le nouveau chef de mission de son appui et a souhaité que le partenariat qui prévalait d’antan doive être maintenu. Le nouveau chef de mission du FMI a remercié le ministre et a tenu à le féliciter pour sa reconduction à son poste. Il a mentionné que le statut-quo sur le volet financier lors de la nouvelle équipe gouvernementale a été considéré du côté de Washington comme une assurance et un gage de stabilité. Il a mentionné avoir travaillé 20 ans au FMI. Concernant la visite à Djibouti, M. Rogerio Zandamela a indiqué qu’il s’agissait d’une première prise de contact avec les autorités afin de se familiariser avec le pays et de connaître les interlocuteurs avant de revenir pour une mission d’article 4 selon un calendrier communément arrêté. Il a mis en exergue le souci du FMI d’accompagner Djibouti dans son Développement. Au cours de l’entretien, le ministre du Budget a évoqué avec le nouveau chef de mission du FMI les enjeux et les perspectives pour Djibouti. Il a mentionné la nécessité pour le pays de lutter contre le chômage, car l’emploi constituait la priorité pour les autorités et pour les citoyens Djiboutiens. M. Bodeh Ahmed Robleh a ajouté que les priorités du pays allaient également à l’accès au logement et financement des infrastructures dans les domaines de l’énergie, de l’eau et de la logistique et des transports Il a souligné que le financement des ports était nécessaire pour l’hinterland et il a indiqué qu’il convenait de créer les conditions nécessaires et les opportunités pour Djibouti afin de financer ses infrastructures dans le but d’accroître ses revenus et de créer les emplois nécessaires pour la population. Ces infrastructures nécessitent d’importants investissements et cela passe par une mobilisation accrue de ressources. Le ministre est également revenu sur les besoins en assistance technique de son département et a remercié le FMI pour la qualité de ses conseils. Il a mentionné que l’assistance du FMI serait nécessaire dans le cadre de la réforme fiscale qu’il avait engagé et qui résultait des assises de la fiscalité réalisées en juin 2015.