CONJONCTURE

« Le taux de croissance de 7% prévu pour 2017 est basé sur l’accroissement des investissements directs et le dynamisme productif des secteurs économiques », selon le ministre du Budget, Bodeh Ahmed Robleh
2016-12-08 ADI

Conjoncture

Le ministre du Budget, M. Bodeh Ahmed Robleh, a présenté mardi devant le Conseil des ministres, le Projet de Loi de Finances portant budget initial de l’Etat pour l’Exercice 2017. Ce projet de budget de l’Etat pour l’année 2017, présenté en équilibre, en recettes et en dépenses, s’élève à plus de 120 milliards de FDJ. Pour le ministre du Budget, le projet de Loi de Finances 2017 s’inscrit dans la continuité de la politique économique menée par le gouvernement, et soutenu par une politique d’impulsion de l’investissement public.

M. Bodeh Ahmed Robleh a expliqué devant ce Conseil des ministres présidé par le Chef de l’Etat, M. Ismaïl Omar Guelleh, que « le taux de croissance de 7% prévu pour 2017, est basé sur l’accroissement des investissements directs et le dynamisme productif des secteurs économiques », à savoir les activités portuaires, aéroportuaires, zones franches, et télécommunications. « Les ressources intérieures enregistrent une augmentation grâce à la mise en place des mesures complémentaires nouvelles et des efforts de recouvrement. Les dépenses enregistrent quant à elles une hausse qui s’explique essentiellement par le renforcement des dotations budgétaires de certains secteurs et les dépenses de fonctionnement », a-t-il indiqué.

Le Budget 2017 de l’Etat va intégrer prioritairement comme objectif l’accroissement de l’offre de services de base de qualité, l’amélioration du système éducatif, le renforcement du système de santé, le logement et la politique de décentralisation.

Pour le ministre du Budget, l’accent sera donné sur la réforme de la fiscalité, à travers la mise en place de mesures adéquates, conformément aux recommandations des dernières assisses de la fiscalité, le renforcement de la gestion des investissements publics, la diversification de l’économie et la stabilité financière.

« Ces nouvelles mesures visent, selon le responsable, à créer les conditions d’une croissance forte, la promotion du secteur privé et le renforcement du tissu industriel national ».

Le budget 2017 de l’Etat prévoit également la poursuite du dégel des avancements des agents de l’Etat, la poursuite du programme d’investissements des infrastructures en cours d’exécution, dont le terminal minéralier de Tadjourah, le Port de Goubet, la mise en place d’aqueducs pour l’approvisionnement de l’eau, le projet de dessalement d’eau de mer, la seconde ligne d’interconnexion électrique avec l’Ethiopie, les constructions de logements, ainsi que la réalisation de forages exploratoires géothermiques.

Pour M. Bodeh Ahmed Robleh enfin, le projet de budget 2017 permettra, d’une part, de consolider la situation macroéconomique et améliorer la gestion et, d’autre part, de renforcer les orientations politiques et stratégiques du gouvernement à travers la Vision 2035 et la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi.