DJIBOUTI / BM

Djibouti obtient un financement supplémentaire de 5,1 millions de dollars de la Banque mondiale pour favoriser la croissance et la création d’emplois dans le pays
2016-12-16 ADI

Djib-bm

La République de Djibouti a obtenu le mercredi 14 décembre 2016 l’approbation du Conseil des administrateurs de la Banque mondiale pour un financement supplémentaire d’un montant de 5,1 millions de dollars, destiné à appuyer ses efforts pour favoriser l’émergence d’un secteur privé dynamique qui puisse devenir un moteur de création d’emplois et de croissance au profit de tous.

Selon le communiqué officiel publié à cet effet par l’institution sur son site web, « ce nouveau financement, alloué par l’Association internationale de développement (IDA) - le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres - a pour objectif de maintenir la dynamique des réformes engagées pour rendre plus favorable l’environnement des affaires et développer un secteur privé encore embryonnaire, en améliorant le secteur financier et le système de paiement. »

Ces ressources additionnelles permettront, selon la Banque mondiale toujours, d’étendre la portée du Projet sur la gouvernance et le développement du secteur privé, qui a notamment déjà permis de mettre en place des mesures réglementaires pour faciliter la création d’entreprise. Dans ce cadre plus étendu, le projet s’attachera à créer les conditions nécessaires aux réformes réglementaires et juridiques, ainsi qu’à soutenir la modernisation du secteur financier par le biais de l’instauration d’un système national de paiement.

Pour Atou Seck, représentant résident de la BM à Djibouti, « cette opération vient appuyer les efforts menés par le gouvernement de Djibouti pour jeter les bases d’une croissance tirée par le secteur privé et réduire des taux de chômage élevés, conformément à la stratégie de long terme adoptée par le pays dans le cadre de sa ‘Vision 2035’. » « Avec de bonnes réformes pour améliorer l’environnement des affaires, ce projet pourra être un catalyseur de changements dans le paysage économique djiboutien et contribuer considérablement à la lutte contre la pauvreté », a-t-il dit.

Il est par ailleurs précisé dans ce communiqué du Groupe de la Banque mondiale, que « la mise en place d’un système national de paiement opérant favorisera le développement économique et financier du pays, consolidera sa stabilité financière et élargira l’accès aux services financiers, grâce à l’amélioration de la qualité et de la rentabilité de tous les types de paiement, y compris les transferts d’argent en provenance des travailleurs émigrés. »

« L’amélioration du climat des affaires aidera les petites et les moyennes entreprises, qui sont les moteurs de la croissance, à quitter le secteur informel pour entrer dans l’économie officielle, ce qui facilitera leur accès aux financements et aux marchés publics », a expliqué pour sa part Mehdi Benyaghoub, responsable du projet à la Banque mondiale.

Rappelons enfin que le portefeuille du Groupe de la Banque mondiale à Djibouti comprend actuellement 10 projets dans divers secteurs pour un engagement total de 97 millions de dollars (IDA et fonds fiduciaires confondus).