Efficacité de l’aide au développement

Une vision futuriste
2012-02-16 La Nation n°35

Uvazfnfnsvxjgoloxvjem%3d&expires=1537397850

Il était hier question de la coordination de l’aide publique au développement lors du petit-déjeuner organisé conjointement par le Ministère des Affaires Etrangères et celui de l’Economie et des Finances au palace Kempinski. Des conditions aussi d’une nouvelle dynamique dont la satisfaction devrait permettre une mise en adéquation de la mobilisation des ressources extérieures et nationales avec la mise en œuvre de grands chantiers de l’INDS.

Un petit-déjeuner de travail sur l’efficacité de l’aide au développement s’est déroulé hier au Kempinski Palace Hôtel. Cette rencontre a été prise à l’initiative conjointe du chef de la diplomatie djiboutienne, Mahmoud Ali Youssouf, et de son collègue de l’Economie et des Finances, Ilyas Moussa Dawaleh.

La rencontre a également regroupé le ministre délégué au Budget, M. Amareh Ali Saïd, le ministre délégué au Commerce, M. Abdi Ilmi Achkir, le ministre délégué à la Coopération Internationale, M. Ahmed Ali Silay, de hauts fonctionnaires de différents ministères sectoriels, des responsables onusiens et des représentants du corps diplomatique accrédités au pays.

Elle a été ponctuée de discours ; de la présentation du nouveau cadre de partenariat au service d’une plus grande efficience de l’aide au développement.

…Un climat de confiance. Lors de son intervention, le chef de la diplomatie djiboutienne a fait part du souci permanent du gouvernement afin d’assurer une très bonne coordination de l’aide publique au développement avec tous les partenaires bilatéraux et multilatéraux.

Mieux, un mécanisme supplémentaire de suivi au niveau des deux ministères clefs, ceux de l’Economie et des Finances, vient d’être mis en place. Il matérialise une volonté politique tournée vers le développement durable du pays.

Le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale a par ailleurs, mis en exergue la nécessité d’instaurer un climat de confiance entre tous les acteurs concernés sur la base d’une approche fondée sur la fiabilité des chiffres et la transparence des méthodes.

Cela suppose une obligation de moyens et de résultats pour toutes les parties. Un esprit d’ouverture doit aussi prédominer dans la mise en œuvre des stratégies en faveur d’une plus grande efficacité de l’aide publique au développement.

Le Chef de la diplomatie djiboutienne et le ministre des Finances ont également plaidé pour une synergie d’actions avec l’ensemble des partenaires bilatéraux et multilatéraux.

…Une nouvelle dynamique. Le ministre des Finances a aussi salué les résultats de l’ L’Initiative Nationale pour le Développement Social (INDS) et ses orientations stratégiques.

L’INDS verra son action prolongée et renforcée jusqu’en 2016. Le ministre a souhaité à cette occasion l’émergence à Djibouti d’une société plus solidaire et équitable.

Le ministre a enfin évoqué la nécessité de mieux coordonner l’aide publique au développement afin de la mettre en adéquation avec les ressources nationales et viser à réaliser les priorités

Les objectifs du gouvernement se veulent être conformes avec l’esprit de la Déclaration de Paris dont les principes directeurs sont l’appropriation, l’alignement, l’harmonisation, la gouvernance axée sur les résultats et la responsabilité mutuelle.

Des conditions incontournables d’une vision futuriste dont la satisfaction sert une coordination plus efficiente de l’aide publique au développement.