Avis d'Appel d'Offres National

Djibouti/BAD

Des relations de confiance
2012-02-21 La Nation n°38

La Banque Africaine de Développement, dont le siège se trouve à Tunis, est une banque multinationale de développement créée en 1964. Elle est soutenue par 24 pays européens, sud et nord américains et asiatiques. Elle est chargée de promouvoir le développement économique et le progrès social dans les pays africains. Le Groupe de la Banque africaine de développement comprend le Fond africain de développement, crée en 1972, et le Nigeria Trust Fund (NTF) crée par le Nigeria en 1976.

La Banque Africaine de Développement (BAD) fait partie des premiers partenaires au développement de la République de Djibouti car ses premières interventions datent de 1979.

La Banque appuie à Djibouti de nombreux secteurs tels que la pêche, l’éducation, la santé, l’énergie, la promotion de la femme et la bonne gouvernance. ...Stratégie pays de la BAD.

L’INDS constitue le cadre stratégique de développement du pays. Sa mise en œuvre a certes conduit à des résultats satisfaisants en termes de croissance économique, mais, cependant, décevants en matière d’amélioration significative des conditions de vie, d’emplois et de réduction de pauvreté.

L’absence d’un système adéquat de planification et de suivi-évaluation a également limité l’efficacité des actions de l’Etat et des autres partenaires au développement, y compris la Banque.

Par conséquent, le document de stratégie pays(DSP) couvrant la période 2011-2015 entend assister le pays à relever ces défis, en s’appuyant sur les axes stratégiques de l’INDS, et tirer les leçons du DSP précédent et les domaines d’avantages comparatifs de la Banque, notamment les infrastructures et la gouvernance économique.

La préparation du dernier DSP pour Djibouti a également reposé sur un dialogue soutenu et constructif avec le gouvernement et les autres parties prenantes, notamment en octobre 2010 lors de l’évaluation du DSPAR 2007-2010 et de la revue de la performance du portefeuille , en décembre 2010 lors de la préparation du rapport sur l’évaluation des besoins en renforcement des capacités de gestion des finances publiques et de suivi-évaluation de l’INDS, en décembre 2010 lors de la préparation de la note sur Djibouti dans le cadre de la publication 2011 de la revue annuelle de la Banque intitulée «Perspectives économiques en Afrique » ; et en mai 2011 lors des consultations avec l’ensemble des parties prenantes pour la préparation du présent DSP dans le cadre de l’atelier de consultation organisé durant la mission . …

Revue du portefeuille. Globalement, le Groupe de la Banque est essentiellement présent dans le secteur des infrastructures pour 90%, tous guichets confondus (FAD et BAD pour le secteur privé) et à un degré moindre dans le secteur social (10%).

La performance du portefeuille a été évaluée lors de la mission combinée de revue du portefeuille et d’achèvement du DSP 2007-2010 effectuée en octobre 2010. Elle a révélé une légère amélioration de la performance des projets en cours du Groupe de la Banque à Djibouti, dont la note globale passe de 2,07 en 2008 à 2,16 en 2010.

Le taux de décaissement du portefeuille ressort en forte augmentation, passant de 26,2% à 56,5%. La taille moyenne des projets du secteur public a aussi augmenté, passant de 6,05 à 8,05 millions d’UC.

Il n’existe actuellement aucun projet à problèmes dans le portefeuille, contre deux en 2008. Pour les projets en cours d’exécution, le portefeuille de la BAD à Djibouti s’élève à 44.1 millions d’UC et comprend huit projets et un fonds d’urgence.

Dans l’ensemble, la performance du portefeuille est jugée satisfaisante et les projets financés par la BAD couvrent divers secteurs d’activités.

Qu’il s’agisse du social (10%) à travers le projet de réduction de la pauvreté urbaine (PREPUD) et le projet éducation qui s’achève en 2013, de l’eau et de l’assainissement (7%) à travers le projet d’assainissement de la ville de Djibouti (achèvement en 2012) en cofinancement avec l’UE et le projet de mobilisation des eaux de surface de la FAE, de l’énergie (30%) via le projet multinational d’interconnexion électrique entre l’Ethiopie et Djibouti en cours d’achèvement, et du secteur privé (53%) via deux projets d’infrastructures portuaires (Terminal vraquier et Terminal à conteneurs de Doraleh).

La BAD appuie aussi Djibouti avec une assistance technique dans la négociation des contrats, à travers la Facilité africaine de soutien juridique et lancera un programme de renforcement des capacités par le biais de la Facilité en faveur des Etats Fragiles(FEF) pour 4 millions de dollars US.