Financement de projet

La Banque mondiale aide Djibouti à mieux résister à la sécheresse
2012-06-12 World Bank - Communiqué de presse n°:2012/505/AFR

Quatre nouveaux projets viennent appuyer les filets de protection sociale, l’accès à l’eau et à l’électricité, la réforme du système éducatif et le développement rural

WASHINGTON, le 12 juin 2012 - Quatre nouveaux projets de la Banque mondiale aideront Djibouti à se préparer aux futures situations d’urgence et à continuer d’instaurer les conditions d’un développement durable et profitant à toute la population. Le Conseil des Administrateurs de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un financement de 19,2 millions de dollars, destiné à renforcer la résilience du pays face à la sécheresse. Cette aide vise à étoffer les filets de protection sociale et améliorer le réseau d’électricité, tout en donnant aux Djiboutiens l’accès aux compétences et aux débouchés qui leur permettront de progresser, via le développement rural et la réforme du secteur de l’éducation.

« Djibouti souffre de l’une des pires sécheresses observée en 60 ans, avec un déficit de pluies récurrent depuis quatre années consécutives, explique David Craig, directeur des opérations de la Banque mondiale pour Djibouti. En raison de la sécheresse, il faut répondre de toute urgence aux besoins des populations pauvres et vulnérables, car, si nous n’agissons pas rapidement, les conséquences seront graves en termes de pertes humaines et de destruction d’infrastructures essentielles. »

Un don d’un montant de 5 millions de dollars en faveur des filets de protection sociale complétera ces actions d’urgence lancées en 2011 en soutenant le déploiement de filets de sécurité au profit des ménages pauvres et vulnérables de Djibouti. À court terme, il créera des opportunités d’emplois dans le cadre de programmes de travaux publics locaux. Ce projet, qui associe donc un programme de protection-travail à des interventions axées sur l’alimentation, est conçu pour avoir un impact multigénérationnel en maximisant, par l’éducation à la nutrition, l’effet des revenus supplémentaires sur l’état de santé des familles.

Le financement additionnel d’un montant de 5,2 millions de dollars alloué au projet d’accès à l’électricité et de diversification des sources d’énergie a pour but de renforcer la résistance du réseau électrique de Djibouti aux catastrophes naturelles grâce à la constitution de stocks de sécurité (fioul lourd et diesel). Il est en effet indispensable de disposer de ces stocks pour pouvoir produire, lors de graves catastrophes naturelles telles que la période de sécheresse actuelle, la quantité d’électricité suffisante pour assurer un pompage d’eau plus intensif en raison de la baisse des nappes phréatiques.

Étant donné le rôle crucial joué par l’éducation dans le développement, le projet axé sur les capacités institutionnelles et la gestion du système éducatif d’un montant de 6 millions de dollars viendra appuyer les réformes en cours afin d’améliorer la qualité du système éducatif et sa contribution au développement du pays. « Le projet est conçu pour aider à la mise en œuvre de la stratégie nationale 2010-2019 pour l’éducation, affirme Safaa El Tayeb El-Kogali, économiste senior à la Banque mondiale. Notre projet permettra une meilleure gestion du système éducatif grâce à la refonte des institutions, l’utilisation d’outils de management et la formation des ressources humaines. »

De même que l’éducation, le développement rural constitue l’un des principaux secteurs de la stratégie d’aide de la Banque mondiale pour Djibouti. Le financement supplémentaire d’un montant de 3 millions de dollars qui vient d’être approuvé en faveur du don pour le développement rural communautaire et la mobilisation des ressources hydriques est destiné au déploiement d’activités qui permettront d’élargir la portée et l’impact du projet de développement rural en cours. Le projet restera consacré à des investissements dans des sous-projets communautaires variés, et notamment dans la mise en place d’activités rémunératrices adaptées au contexte local. Il s’agit in fine d’aider Djibouti à sortir de la crise actuelle qui sévit dans la Corne de l’Afrique et de renforcer les capacités qui permettront à ce pays d’affronter les crises à venir. C’est pourquoi le projet s’attachera également à accroître la résilience des populations rurales vulnérables face à la sécheresse.

Contacts :

À Washington : Irene Sitienei, 202-458-0175, isitienei@worldbank.org